Err

Le dress code officiel de Jackie Kennedy

Jackie Kennedy est devenue, pendant la présidence de son mari, une véritable icône de mode, aussi bien aux États-Unis qu'à l'international. Elle possède un goût très prononcé pour la mode française qui lui est d'ailleurs très critiqué. C'est pourquoi, en tant que première dame, elle nomme le styliste Oleg Cassini pour créer ses tenues officielles et donc pour compenser son goût très critiqué.

Robe du soir courte en radzimir de soie fuschia (automne-hiver 1960)

Dans son style caractéristique, Givenchy minimisa les détails sur le devant de cette robe (même si le corsage ajusté comme une armure et la jupe évasée en trompette sont des effets qui ne sont pas faciles à obtenir), pour se livrer à une débauche de détails sophistiqués dans le dos. Ici, deux pans de la magnifique soie striée et changeante avaient été noués en un effet de draperie complexe, surmontés par un noeud délicat qui exigeait l'aide d'une femme de chambre.

Jupe et veste du soir en faille de soie chartreuse, avec haut ajouré, brodé de perle de cristal et de paillettes (1961)

Dans bon nombre de ses choix pour les tenues de soirée, Jacqueline Kennedy parvint à un degré de splendeur traditionnelle, agrémentée d'une simplification moderne des éléments. Ici, elle avait réduit, avec l'aide de Cassini, l'ensemble du soir formel à trois pièces faciles. Le haut ajouré et brodé, avec sa modeste encolure bateau préférée et ses détails inhabituels dans le dos, était court pour accentuer l'effet de tige de la jupe étroite.

Robe du soir en jersey de soie céladon (1962)

Dans bon nombre de ses choix pour les tenues de soirée, Jacqueline Kennedy parvint à un degré de splendeur traditionnelle, agrémentée d'une simplification moderne des éléments. Ici, elle avait réduit, avec l'aide de Cassini, l'ensemble du soir formel à trois pièces faciles. Le haut ajouré et brodé, avec sa modeste encolure bateau préférée et ses détails inhabituels dans le dos, était court pour accentuer l'effet de tige de la jupe étroite.

Robe du soir en shantung de soie dupioni rose bonbon (1962)

Cette robe longue, présentée à l'origine en jaune, fût choisie pour Jacqueline Kennedy par sa soeur, Lee Radziwill, et par Diana Vreeland, avec qui Radziwill avait autrefois travaillé a Harper's Bazaar. D'une ligne parfaitement dépouillée sur le devant, la robe est drapée comme une toge dans le dos, fixée par un noeud Kabuki rigide. Même si les technique de construction n'ont pas la précision et la finesse de l'original parisien, la robe présente toutefois un Diorismes évidents, comme un sous-corsage en filet de coton baleiné qui prend la silhouette, permettant à la soie de glisser par-dessus le buste.

Robe du soir en soie gazar mauve (1963)

Le couturier romain à la mode, Federico Forquet, avait fait de la "jupe-parapluie" le thème de sa collection printemps-été 1962. Jules-François Crahay recherchait un effet similaire dans une robe du soir photographiée dans l'Art et la mode, en mars 1962. La vaiante de Cassini est faite dans un mauve tendre très Belle Époque. La taille froncée dissimulait le début de grossesse de la Première Dame. L'utilisation par Cassini du gazar, une soie tissée, rigide, créée par la maison Abraham pour Balenciaga, donne à la robe une structure compacte.

Robe du soir satin duchesse ivoire et organdi de soie brodé de rubis (1961)

La robe fut achetée grâce aux acheteuses de Chez Ninon, qui déclarèrent à Women's Wear Daily qu'elle avaient la Première Dame à l'esprit lorsqu'elles avaient sélectionné cette robe à Paris.

Robe du soir et cape en organza de soie rose vif et or et organza de soie métallique et broché, garni de velours de soie vert olive (1962)

À l'occasion de sa visite à la Maison-Blanche en février 1962, le roi Saoud d'Arabie Saoudite fit présent à la Première Dame d'une pièce d'un brocard de soie. Elle fit faire une robe du soir dans ce tissu chez À La Carte, une boutique à la mode dans Manhattan, dont le styliste, Joan Morse, était connue pour ses vêtement flamboyants taillés dans les tissus qu'elle trouvait au cours de ses voyages autour du monde.

Robe du soir mousseline de soie rose avec perles de porcelaine et diamants fantaisie (1963)

La création original de Givenchy est une curieuse synthèse d'un sari, une folie dans le monde de la mode à la suite du voyage de Madame Kennedy en Inde et un sujet d'intérêt durable chez Givenchy et chez Balenciaga, et d'un ersatz de robe à la Edouard VII dans My Faith Lady.

Robe du soir en dentelle de raphia avec étole assortie (1961)

Brillante réponse au désir de Jacqueline Kennedy de donner une image de sophistication sans ostentation pour sa première soirée de gala, cette robe et sa modeste étole dépendent presque entièrement pour produire leur impact sur la splendeur de la dentelle rose et blanche qu'avait recommandée Diana Vreeland. Le tissu dictait même le détail de construction de la robe, le bord festonné fournissant un effet décoratif pour l'ourlet et l'emmanchure. Les connotations majestueuses de la dentelle étaient subverties par la modestie du tissu qui la composait : de la paille.

Robe et manteau en soie ziberline abricot (1962)

Pour sa croisière d'une journée sur le lac Pichola, Jacqueline Kennedy porta une robe et un manteau d'une élégance et d'une formalité telles qu'ils n'auraient pas déparé un cocktail sur la Cinquième Avenue. Toutefois, cet ensemble de Cassini répondait brillamment aux besoins de Madame Kennedy : le tissu était assez rigide pour conserver sa forme dans la chaleur indienne et sa couleur et son éclat époustouflants (parfaitement appropriés au décor) étaient calculés pour qu'elle fût immédiatement identifiable par les foules sur les rives lointaines, tandis que son bateau se dirigeait vers le palais blanc de la maharané d'Udaipur, chez qui elle était reçue ce soir-là.

Robe fourreau a taille Empire en shantung de soie rose vif (1962)

Avec leur aisance déstructurée, les vêtements de Brooks maintenaient la tradition créée par Claire McCardell (décédée en 1958), la première couturière de Townley. Pour Madame Kennedy, ils complémentaient de façon utile sa garde-robe officielle très formelle et s'avéraient parfaits pour des situations comme sa croisière sur le Gange en mars 1962.

Robe en lin bleu denim (1960)

Norman Norell faisait partie du triumvirat de couturiers, recommandé par Diana Vreeland à Jacqueline Kennedy pour la confection de sa garde-robe officielle (les deux autres étaient Stella Sloat et Ben Zuckerman), avant qu'Oleg Cassini ne fût choisi. Cette robe expose la double allégeance de Norell : sa simplicité sophistiquée montre l'influence de Paris sur son travail, alors que la couleur du tissu évoque le tissu américain par excellence -- le denim.

Robe du soir en crêpe de soie Giselle Bleu azur par Ascher (1962)

Cette robe était inspirée de l'illustration par Fanny Darnat d'un modèle de Givenchy, parue dans le numéro d'été 1962 de Femme Chic, où il était présenté avec son boléro de dentelle marguerite blanche. Cassini pris cette référence comme un simple point de départ pour faire une robe en crêpe de soie bleu azur fascinante, un élément du choix de couleurs très cohérent pour le voyage au Mexique, qui semble porter l'imprimatur de sa cliente.